AgroForestrie
Fertilisation - Compost
Agriculture de Conservation
Vulgarisation - Champs écoles
Manioc
Riz - SRI
Biogaz
Couverture végétal/fourrage
Pommes de terre
Soja
Animaux - Chêvres
Energie Solaire
Rwanda
Habitat- Fourneaux
Marketing
 
Recherche sur ce site
Recherche sur l'internet
Pourqoui ce site portail?
 
 
Liens Agriculture de Conservation - SCV
Documents Agriculture de Conservation - SCV

L’objective primaire de l'Agriculture de Conservation/AC est de restaurer la fertilité des terres (=la production) et de l’augmenter durablement à un niveau élevé et stable.

Les principes (basées sur une expérience de quelques millions d’ha)

    • Couverture végétale permanente (matière vivante= culture de couverture ou matière morte=résidu des récoltes et/ou culture de couverture desséché)
    • Semis direct dans cette couverture (jamais ou très peu labourer le sol)
    • Rotations des cultures, cultures de couverture en rotation et/ou en association
    • Intégration au maximum des plantes légumineuses (plantes, cultures de couverture, arbres)
    • Intégration avec l’élevage et arboriculture
    • Culture continue ou jachère améliorée avec plantes de couverture pour supprimer les mauvaises herbes et pour apporter de l’azote.

Dans cette méthodique on parle plutôt de « système de cultures » que de filière agricole (= une culture). L'Agriculture de Conservation/AC est parfois décrit comme SCV= semis direct sur couverture végétale permanente.

La couverture végétale permanente :

    • protège le sol contre l’érosion
    • augmente l’infiltration des eaux de pluie
    • réduit l’évaporation
    • réduit les variations de température du sol
    • crée un environnement favorable au développement de l’activité biologique
    • contrôle les adventices
    • accroît le taux de matière organique du sol et fournit des éléments nutritifs aux plantes.

On ne peut pas prévoir les changements climatiques (périodes plus sèches, irrégulières et des pluies plus torrentielles) mais on peut avec cette méthode diminuer très fortement les conséquences (déjà prouvé au Malawi et autres pays) des changements climatiques.

Des plantes avec un système racinaire puissant, et une activité biologique intense participentà

    • l’amélioration de la structure du sol, en surface et en profondeur
    • l’accroissement du taux de matière organique = augmentation des rendements
    • l’alimentation des cultures, au recyclage des nutriments lixiviés, particulièrement les nitrates et les bases, et à la mobilisation d’éléments peu assimilables comme le phosphore sur sols acides.
    • l’utilisation de l’eau profonde du sol pour la production de biomasse durant la saison sèche
Considérations environnementales

Cette agriculture agro-écologique propose des solutions pour les principaux défis que le monde doit affronter à court terme, car grâce:

    • au contrôle de l’érosion, la protection des sols et la régénération de leur
    fertilité au moindre coût . L’engrais minéral n’est pas exclu dans cette méthode.
    • à l’efficacité accrue de l’utilisation des engrais/fumure et pesticides, diminuant
    leur impact polluant et améliorant la qualité et la sécurité alimentaire
    • à l’effet tampon pour les flux d’eau et la réduction des risques d’inondation
    • à l’ la récupération des sols marginaux laissés à l’abandon du fait de leur très faible fertilité naturelle

Aspects sociaux et économiques

Un intérêt majeur de ces systèmes est qu’ils sont particulièrement attractifs sur le plan économique du fait de la réduction des temps de travaux ( = moins de labour) et de leur pénibilité, de l’optimisation de l’organisation du travail (souplesse des calendriers et accès facilité aux champs), de l’augmentation de l’efficacité des intrants (engrais, pesticides) et de la possibilité de conduite avec un matériel très réduit. En conséquence, ces systèmes procurent une meilleure rentabilité de la terre, du capital et du travail que les systèmes conventionnels tout en préservant l’environnement. Sur le plan social, la protection du sol est fondamentale : perdre sa terre condamne le paysan.

La large capacité d’adaptation de ces systèmes aux diverses conditions agro écologiques,
moyens de production, et niveaux d’intensification, les rend aussi accessibles aux différentes catégories d’agriculteurs, y compris les plus pauvres.

De plus, le semis direct sur couverture végétale permanente est le premier moyen crédible et vulgarisable d’aboutir à une agriculture biologique qui permettrait aux moins favorisés d’augmenter la valeur ajoutée de leurs produits en se plaçant sur cette niche économique mondiale.

Sur la base des grands principes des SCV, une très large gamme de systèmes de culture à été
rapidement mise au point, permettant de faire face aux diverses contraintes des petites
agricultures familiales et d’apporter des solutions pratiques pour une agriculture durable.

Ainsi, pour chacune des zones agro-écologiques, des systèmes sont adaptés
aux différents types de sols (du plus riche au plus pauvre), à la végétation (ou aux cultures)
en place et proposent aux paysans des alternatives aux systèmes actuelles avec:

La gestion intégrée des bassins versants et des périmètres irrigués

Cette large gamme de systèmes permet de proposer des alternatives productives et
respectueuses de l’environnement pour toutes les unités de paysage, permettant d’associer
Agriculture, élevage et arboriculture. Elle donne ainsi la possibilité d’une gestion intégrée des
bassins versants, la protection des périmètres irrigués et l’intégration colline/marais

Conservation de l’humidité et forte activité biologique sous couverture

En conséquence, l’efficacité de l’utilisation de l’eau et des nutriments est accrue. Les
récoltes augmentent, et sont plus régulières. Forte production de biomasse en saison sèche par mucuna et autres cultures de couvertures

    • à l’ des possibilités importantes de diversification, autour d’une culture “pivot” principale = filière agricole
    • à l’ des niveaux d’intensification différents: utilisation ou non d’engrais, d’herbicides.
    • à l’ des niveaux de risques raisonnés
    • à l’ une intensité et une pénibilité du travail adaptables
    • à l’ différents niveaux de technicité (ou de simplicité)
    • à l’ des possibilités diversifiées d’intégration agriculture/élevage

La diversification des cultures et l’intégration agriculture / élevage / arbres

La plupart des plantes de couvertures utilisées en semis direct sont également d’excellents fourrages. Ainsi, qu’elles soient associées, en succession (produisant ainsi en période marginale: saison sèche) ou en rotation avec la culture principale, elles permettent d’augmenter fortement la production de biomasse et l’offre fourragère. L’intégration entre agriculture et élevage est souvent un moteur important du développement de ces techniques. L’association Manioc + Brachiaria est un exemple d’association particulièrement efficace, multipliant par 3 à 5 la production du manioc, tout en fournissant une importante quantité de fourrages de qualité et améliorant la structure des sols pour des cultures ultérieures. Les arbres bénéficient pareillement de la restructuration et de la protection des sols par ces plantes de couvertures/fourrages.

La sécurité alimentaire dans les zones semi-arides

Grâce à la réduction du ruissellement et de l’évaporation par la couverture du sol, à l’augmentation de l’infiltration, à une meilleure porosité du sol et à un enracinement profond des cultures, les techniques agro-écologiques présentent un bilan hydrique extrêmement favorable. Il est ainsi possible d’obtenir une production élevée, de manière stable, en zones semi-arides, même en année sèche et sur des sols sableux, les plantes puisant dans l’eau profonde du sol accumulée les années plus pluvieuses.

Il existe déjà pas mal de littérature spécialisée, des modèles de systèmes de rotations, et des expériences réussites dans le monde entier (en Amérique Latine avec Brasil et Argentine, en Asie avec l'Inde, Vietnam et Laos et en plusieurs pays africains).

Le SCV est une méthodique qui reprends tous les éléments, expériences antérieures en les intégrant dans un « système de culture » global mais avec des milliers différents combinaisons, adaptable à les différences agro-écologique, sols, pluviométrie, socio économique et même culturelles.

Liens - Tous les Documents - Top 20 documents en Français - Top 20 englisch documents - Email